Transports : Anglet, Bayonne et Biarritz ont misé sur le Tram'bus

Anglet, Bayonne et Biarritz ont choisi d'étendre leur réseau de transport en créant deux voies de Tram'bus, un véhicule 100 % électrique qui réunit les avantages du bus traditionnel et du tramway. Elles desserviront 50 % de leur population.


trambus

Photo de Daniel Villafruela - CC BY-SA

Le pôle urbain Anglet, Bayonne et Biarritz mise sur un véhicule à zéro émission

En vue de développer leur réseau de transport et limiter la saturation de leur circulation, l'agglomération Côte Basque-Adour et le pôle urbain du Pays basque (BAB) a misé sur des véhicules électriques de dix-huit mètres de long, disposant d'une capacité de 155 places. Le Syndicat des Mobilités de Bayonne a considéré que cette solution, baptisée Tram'bus, présentait les avantages du tramway, à savoir "rapidité, ponctualité, régularité, accessibilité, confort", agrémentés par la souplesse d'un bus classique. Les municipalités ont également été soucieuses de réduire la pollution atmosphérique en pariant sur les véhicules construits par le groupe Irizar, pour lesquels il revendique zéro émission.

Ces Tram'bus fonctionnent donc à l'électricité, laquelle est stockée dans des batteries nouvelle génération. Leur recharge s'effectue à chaque terminus, en trois à cinq minutes, par le biais d'un bras articulé et automatisé situé sur le toit. La nuit, une recharge plus lente est réalisée au dépôt. Le véhicule est également remarquable par son design innovant, avec un nez arrondi et une proportion importante de surfaces vitrées. 

Un investissement de 130 millions d'euros pour 55 stations réparties sur 2 lignes

Le programme prévoyait l'élaboration des véhicules, conformément aux attentes, jusqu'en 2018, puis la création des infrastructures nécessaires, durant les mois qui suivaient. Deux lignes ont été imaginées : la première est longue de 12 kilomètres et relie les Hauts de Bayonne au centre-ville de Biarritz. Elle comprend 31 stations, dont 5 communes avec la deuxième ligne. Cette dernière va bientôt permettre d'aller du centre-ville de Tarnos à la limite sud de Bayonne, en passant par le centre-ville de Bayonne. Elle fera 13,3 kilomètres de long et comportera aussi 31 arrêts. Le parcours choisi desservira 50 % de la population, 57 % des emplois et 65 % des scolaires situés sur le Périmètre des Transports Urbains (PTU) du Syndicat des Transports.

L'ensemble du projet a impliqué un investissement de 130 millions d'euros. Il a été pris en charge par l'État à hauteur de 12 millions d'euros, tandis que le département des Pyrénées-Atlantiques a apporté 10 millions d'euros, la Communauté d’Agglomération du Pays basque 15 millions d'euros et la ville de Tarnos 1 millions d'euros. Le reste de la dépense, 92 millions d'euros, a été assumé par le syndicat des Transports. La ligne 1 a été mise en service le 2 septembre 2019, et une partie de la ligne 2 doit l'être ce printemps 2020.

85 000 voyages la première semaine, quel impact sur l'immobilier ?

Lors de la première semaine de fonctionnement de la ligne 1, pas moins de 85 000 voyages ont été enregistrés. Le réaménagement des voies a fait quelques mécontents, en particulier des cyclistes, qui demandent que des pistes soient leur soient attribuées. D'autres ont regretté l'irrégularité des passages des véhicules. Il ne fait néanmoins pas de doute que le Tram'bus va faciliter la circulation dans les trois communes, ces prochains mois. 

Cela devrait avoir un impact conséquent sur le marché de l'immobilier, alors que les accédants et les locataires sont très attentifs aux moyens de transport environnants. Si l'influence sur les tarifs au mètre carré n'est pas systématique, après ce type de mise en service, il reste fort probable que les logements situés à proximité des arrêts séduiront davantage et qu'ils seront valorisés en conséquence.

A lire également dans le dossier Articles sur l'immobilier en France :

i