Le coup de pouce de Macron à la filière bois

Emmanuel Macron souhaite "mettre en place une politique volontariste", dans le secteur de la construction bois. Le président de la République veut favoriser les projets faisant appel à la filière bois, ainsi que le reboisement, par souci écologique et économique.

les forêts françaises recouvrent 30 % du territoire. Les promoteurs veulent les utiliser


Macron veut activer la filière bois

30 % du territoire national est recouvert par de la forêt. Une particularité pour l'instant loin d'être utilisée de façon optimale par le secteur de la construction. Seulement 3 % des projets français impliquent des ossatures en bois, contre 15 à 20 % dans les pays scandinaves. Le paradoxe réside dans le fait que l'on utilise rarement le produit local, mais plutôt celui provenant de l'étranger. Et a contrario, un tiers du bois des chênes part vers la Chine.

"La France a une des plus grandes forêts d'Europe, mais importe du bois pour construire, c'est donc qu'il y a un problème ! On doit réorganiser la filière, elle créera beaucoup plus d'emplois, a déclaré le chef de l'État, lors d'une visite dans les Vosges. Le bois est une filière que nous devons développer en France, a-t-il poursuivi. Il faut donc mettre en place une politique volontariste, sur laquelle nous allons travailler avec la filière. Cela suppose qu'on reboise massivement, qu'on investisse davantage."



Doubler le stockage carbone, d'ici 2030

Surfant sur la vague, plusieurs promoteurs envisagent de créer un consortium, afin d' "intégrer toutes les mailles de la chaîne de valeurs". L'objectif serait de "doubler le stockage carbone à l'échelle 2030". Un objectif atteignable, à condition que l'on s'en donne les moyens. d'autant qu' "un arbre jeune stocke onze fois plus de CO2 qu'un vieil arbre qui ne le stocke plus", a expliqué un professionnel (propos relayés par La Tribune).

En termes économiques, les gains peuvent également être importants. Actuellement, la filière bois génère 450 000 emplois non délocalisables, dans l'Hexagone, contre plus d'un million en Allemagne. "C'est l'une des filières qui lie le dynamisme immobilier des métropoles et la création d'emplois localisés dans les territoires ruraux. Elle incarne vraiment la cohésion des territoires", a indiqué l'un des promoteurs.


Une usine de lamellé croisé contrecollé va ouvrir en Vendée

Le matériau bois séduit de plus en plus de maîtres d'ouvrage. À l'instar de Bordeaux et de Strasbourg, plusieurs villes ont lancé des projets d'immeubles en ossature bois. Le lamellé croisé contrecollé est l'un des matériaux utilisés pour les longues portées, et notamment pour les planchers, les murs porteurs et les toits. Une usine va bientôt ouvrir ses portes en Vendée. Plus léger que le béton, il est facile à utiliser et réduit les délais de construction. À titre d'exemple, une opération livrée à Ris-Orangis, l'automne dernier, a avancé au rythme d'un niveau par semaine.

"Nous souhaitons encourager les acteurs de la filière à contractualiser pour sécuriser les approvisionnements en chêne et accroître la compétitivité des unités de première transformation à travers l'innovation et à travers l'investissement", a ajouté Stéphane Travert, le ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation.

Il reste à joindre les actes aux paroles. Dans cette optique, une réunion de concertation entre les différents acteurs a été organisée par le ministère.
 

A lire également dans le dossier Articles sur l'immobilier en France :

i