Métropole Aix-Marseille-Provence : le projet de prolongation de la ligne 3 du tramway enfin lancé

Le projet de prolongation de la ligne 3 du tramway de Marseille va enfin se concrétiser. Le nouveau tronçon permettra de relier la cité de la Castellane à la Rouvière, en 2026. La Métropole Aix-Marseille Provence demande l'aide d'État pour faire avancer ses autres projets. 


tramway marseille

Un investissement de 580 millions d'euros pour prolonger le tramway de Marseille

La prolongation de la ligne 3 du tramway phocéen permettra bientôt de relier la cité de la Castellane à la Rouvière. Elle implique la construction de neuf stations, côté nord, et trois, côté sud. 650 arbres seront plantés et 5,5 kilomètres de pistes cyclables seront créés. Elle offrira deux nouveaux pôles d'échanges entre les réseaux, sur les sites de Dromel Montfuron et La Gaye, à côté des hôpitaux Sud. Les travaux seront réalisés en deux phases. Le premier volet permettra de relier Arenc à Gèze (1,8 kilomètre) et la Castellane à La Gaye (4,2 kilomètres), d'ici 2024. Puis, entre 2024 à 2026, Gèze sera raccordé à la Castellane (6,2 kilomètres), et La Gaye à la Rouvière (1,5 kilomètre). De quoi bouleverser le marché de l'immobilier local, alors que l'offre de transport influe de façon significative sur les prix des logements.

Une concertation auprès des habitants avait été menée, en 2018. Ils avaient émis un avis très favorable sur la construction de ces nouveaux tronçons, estimant qu'ils allaient faciliter les déplacements dans la zone. Le projet était devenu prioritaire pour les élus. La facture totale est évaluée à 580 millions d'euros : la première phase implique un financement de 320 millions d'euros hors taxes, et la seconde de 260 millions d'euros.

Sans intervention de l'État, certains projets ne pourront pas être financés

Les investissements ne s'arrêteront pas là. D'ici 2021, la métropole entend aussi doter Aix-en-Provence de bus à haut niveau de service, soutenir Marseille dans l'achat de véhicules électriques, créer de nouveaux pôles d'échanges et des voies réservées pour les bus sur autoroutes, ou encore améliorer l'accessibilité et moderniser le métro. Pour l'y aider, le conseil départemental a signé deux chèques : un premier de 300 millions d'euros, dont 274 millions ont déjà été utilisés, et un second de 220 millions d'euros.

Martine Vassal, présidente de la Métropole Aix-Marseille Provence, a tenu un point presse, en février 2019, concernant ces projets. Elle a rappelé que les idées ne manquaient pas pour améliorer les réseaux de transport et alerté sur l’insuffisance des moyens financiers. Selon elle, 3,5 milliards d'euros sont nécessaires, d'ici 2025, pour concrétiser les différents programmes. Elle demande à ce que le gouvernement fasse preuve d'équité, par rapport aux moyens dont a bénéficié Paris : "Nous souhaitons la même équité que pour le Grand Paris avec la création d'un établissement public dédié aux transports. Paris bénéficie de 38 milliards pour 12 millions d'habitants, ici cela donnerait 6,3 milliards", a-t-elle déclaré face aux médias. Et de poursuivre : "Je ne vois pas comment l'État ne peut pas répondre à nos sollicitations à moins de vouloir la mort de notre territoire. On ne peut pas nous demander la contractualisation financière, de fusionner la Métropole et le Département sans rien avoir en retour."

En 2018, Jean-Claude Gaudin avait également élevé le ton, demandant "à l’État de contribuer à donner à la métropole les moyens de vivre et de se développer" et au "président de la République un geste fort". Il reste donc à voir si ces appels seront entendus.


Informations complémentaires :

Site officiel : Métropole Aix-Marseille-Provence 

A lire également dans le dossier Articles sur l'immobilier en France :

i