Béziers : un recours a été déposé contre le projet de l'Acropole

L'association "Béziers, notre patrimoine" a déposé un recours concernant le projet de valorisation du site de l'Acropole. Elle s'oppose en particulier au fait qu'une partie des bâtiments, l'aile Champeau, soit transformée en logements.

Centre-ville de Béziers


Un projet très important pour la ville

Lancé en 2015, le projet de requalification du centre historique de Béziers est considéré comme prépondérant dans le développement de la ville. Il a fait l'objet d'un appel d'offres pointu et prévoit de nombreux réaménagements. Sur demande du ministère de la Culture, les musées de la cité seront bientôt regroupés. La prison devrait quant à elle être remplacée par un immeuble moderne, assorti de terrasses végétalisées. Il devrait accueillir un hôtel de standing de 41 suites, avec spa, piscine, salle de sport et sauna.
 
L'aile Champeau accueillera pour sa part une résidence de 12 logements de grand standing, ce qui ne plaît pas vraiment au collectif "Béziers, notre patrimoine".
 

Des riverains demandent la révision du projet

L'association "Béziers, notre patrimoine" ne l'entend donc pas de la même oreille. Elle a déposé un recours gracieux auprès de la municipalité. Elle souhaite empêcher l'exécution immédiate du permis de construire, en particulier sur l'aile Chapeau de l'ancien palais de justice.
 
"L'annonce de la décision prise par le maire de réorganiser et de regrouper les musées de Béziers sur le site du Palais des Évêques, sur recommandation du ministère de la Culture, entraîne la nécessité d'élaborer un projet d'ensemble architectural, scientifique et muséographique. Il serait des plus dommageable qu'avant même la mise au point de ce projet et l'évaluation des espaces nécessaires à sa réalisation, une partie des bâtiments de l'ancien tribunal soit transformée en copropriété de 12 logements privés", a fait savoir son conseil d'administration, par le biais d'un courrier (contenu relayé par le Midi Libre).
 

Vers un nouveau recours devant le tribunal administratif ?

La mairie dispose jusqu'au 19 juin pour répondre au collectif. Si cela n'est pas fait, la demande sera considérée rejetée. Et l'association pourrait actionner un nouveau levier pour retarder l'opération : selon le journal, elle envisage de saisir le tribunal administratif. Elle l'a d'ailleurs déjà fait à deux reprises pour s'opposer aux décisions de la mairie de céder une partie de son patrimoine au promoteur, en novembre 2016 et juillet 2017. La première procédure concernait la vente de l'ensemble des trois sites de l'Acropole biterroise, et la seconde son remplacement par une commercialisation à la découpe. Et la justice n'a pas encore tranché.
 
La date de début des travaux n'a pour l'instant pas été fixée. Cela n'inquiète pas l'architecte qui a imaginé les aménagements, lequel a l'habitude de faire face à ce type de situation : "Actuellement, il n'y a aucune date prévue pour démarrer les travaux. Le permis est valable trois ans. Il peut être renouvelé deux fois pour une durée d'un an. Il faut attendre de voir s'il y a des recours déposés. Le maître d'ouvrage ne démarre pas un chantier tant qu'il n'a pas purgé les recours", avait-il déclaré au quotidien, fin février.

A lire également dans le dossier Articles sur l'immobilier en France :

i