Une association tente de faire annuler la vente d'un parc

Une association de riverains et de parents d'élèves a lancé deux procédures afin d'empêcher la construction de deux immeubles d'habitation de 17 mètres de haut, dans un parc de Laval vendu par la mairie à une SCI. Le chantier devait débuter en mai.

plan d'architecte répondant aux besoins d'un maître d'ouvrage


La promesse d'un lieu intergénérationnel

La mairie et l'hôpital sont tombés d'accord pour vendre un site d'1,7 hectare à la SCI Saint-Julien, composée d'un promoteur immobilier de la Sarthe (49 %) et d'une fondation (51 %), laquelle regroupe une vingtaine d'investisseurs locaux. Le montant de l'opération a atteint 2,6 millions d'euros, avec la promesse de la création d'un lieu intergénérationnel. La parcelle réunissait jusque-là le Parc Saint-Julien, ouvert au public, et l'ancien hôpital.
 
Le sort de l'îlot est débattu depuis 2013. Il devrait, à terme, accueillir 200 logements, dont 78 neufs et 65 destinés aux seniors. L'ensemble du projet nécessite un investissement de 10 millions d'euros, pour le nouveau propriétaire. Il a été présenté et validé par le conseil municipal, le 25 septembre dernier.


Le début des travaux prévu pour mai 2018

La fondation Saint-Julien a élaboré le projet de rénovation de la Chapelle Saint-Julien, qu'elle souhaite rouvrir au public, et de l'hôpital. Ils devraient débuter par la toiture, le mois prochain (mai 2018). Des barrières ont déjà été installées afin d'empêcher l'accès au chantier.
 
Les anciens bâtiments pourraient bientôt accueillir un internat pour garçons de 90 lits, un accueil périscolaire de 80 places, une résidence senior de 65 appartements (T1 et T2), une maison médicale et un bar associatif. La fondation a fixé la date de 2020 pour terminer les travaux.
 
Le promoteur envisage pour sa part la construction de deux bâtiments destinés à recevoir des logements neufs, du T3 au T4. Ils devraient culminer à 17 mètres de haut. L'un serait bâti sur l'actuel parking, l'autre à l'angle de la rue Sainte-Anne et du quai Paul Boudet.


Un référé suspension et un recours pour excès de pouvoir

Mais c'est sans compter sur l'association "Laval vivre vert", laquelle réunit des riverains et des parents d'élèves. Elle escompte empêcher la mise en application de l'ensemble du programme de la SCI. Elle entend agir vite pour ne pas permettre le début des travaux sur la parcelle du parc Saint-Julien. Elle souhaite que l'espace vert reste du domaine public et entend carrément faire annuler sa vente par la mairie et l'hôpital. Elle s'inquiète enfin de la construction d'un immeuble de 17 mètres de haut.
 
La rencontre avec le promoteur, qui a eu lieu le 13 décembre 2017, n'a, selon elle, "apporté aucune réponse". L'association dénonce des décisions prises par "des gens qui n’habitent pas le quartier et qui se sentent concernés par ces enjeux. (…) Le parc se situe entre des écoles et une maison de retraite, il n’y a pas de population qui ait davantage besoin de vivre à proximité d’un espace vert que les enfants et les personnes âgées", a indiqué l'un de ses porte-paroles (propos recueillis par Ouest-France).
 
Elle a lancé une pétition, laquelle a recueilli 1 000 signatures. Elle a également déposé un référé suspension et un recours pour excès de pouvoir auprès du tribunal administratif de Nantes. La justice décidera donc de la suite des opérations.

A lire également dans le dossier Articles sur l'immobilier en France :

i