Les bons résultats du promoteur Kaufman & Broad

Le promoteur Kaufman & Broad a annoncé des résultats conformes aux attentes, pour le troisième trimestre 2018. Une belle réussite, dans un contexte jugé difficile, liée à sa stratégie de développement.

Programme immobilier de Kaufman & Broad à Toulouse


Une stratégie basée sur le choix des terrains

Le promoteur a mis en place une politique passant par une sélection stricte des terrains pour ses programmes. Il pense l'immeuble comme "un lien au cœur de la ville, du quartier, du tissu urbain, entre le présent et le futur" et tente de répondre aux "enjeux majeurs tant pour la commune, l’aménageur et les riverains que pour l’investisseur et les futurs utilisateurs". Kaufman & Broad s'est ainsi appliqué à ne pas surpayer ses parcelles et à ne pas proposer des biens trop coûteux pour les futurs acquéreurs. La stratégie paraît avoir porté ses fruits.
 
Nordine Hachemi, PDG du groupe, a indiqué avoir réalisé un bénéfice net de 14 millions d'euros, entre juin et août, soit une progression de 7 % par rapport à l'année précédente. Il a néanmoins précisé que ses revenus "avaient stagné", à 319,5 millions d'euros, alors qu'ils étaient à la hausse lors des deux derniers trimestres. "On fait ce qu'on avait annoncé", a-t-il expliqué à l'AFP. Malgré le ralentissement, il n'a pas révisé les objectifs décidés il y a trois mois et visant une croissance du chiffre d'affaires de 10 % : "Le ralentissement n'a pas de signification particulière", a-t-il estimé. Enfin, comme en 2017, le carnet de commandes s'est davantage rempli qu'au trimestre dernier.
 

Une année de repli pour l'immobilier

Ces bons indicateurs sont d'autant plus appréciés, en interne, que les concurrents éprouvent des difficultés. Révélés il y a quelques jours, les chiffres ont confirmé une baisse sensible de la construction des logements en France, tant en ce qui concerne les appartements que les maisons individuelles. Entre juillet et septembre, les permis de construire ont diminué de 10,2 %, et les mises en chantier de 7,9 %, par rapport à 2017. Or le déclin était déjà visible au premier semestre.
 
"On pense que le marché sera globalement en baisse, en 2018 : mon analyse, c'est que des projets arrivent sur le marché à des prix trop élevés. Le dernier trimestre m'a conforté là-dedans", a encore indiqué le PDG à l'AFP. Et si Kaufman & Broad accuse une diminution des logements disponibles à la vente, la tendance devrait très vite s'inverser.
 

Les réformes du gouvernement pointées du doigt

La profession s'interroge sur les effets des annonces du gouvernement, fin 2017, concernant la réduction du périmètre géographique de certaines aides, et notamment du prêt à taux zéro (PTZ). Nordine Hachemi pense que le ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales doit revoir sa copie : "Ces soi-disant aides perturbent énormément le marché. Le point numéro un, c'est comment revenir à une fiscalité raisonnable. Du coup, on n'aurait plus besoin de tous ces dispositifs qui changent en fonction des majorités politiques et déstabilisent le marché en permanence", a-t-il également confié sur les ondes de radio BFM.

A lire également dans le dossier Articles sur l'immobilier en France :

i