Atenor lance sa première opération immobilière en France

Le promoteur belge Atenor s'attaque au marché français. Sa première opération verra bientôt le jour dans le quartier de la Nouvelle Seine, près de la Défense. Elle réunira 33 800 m² de bureaux, pour un investissement de 84 millions d'euros.



Une opération estimée à 84 millions d'euros

Atenor a prévu de livrer sa première opération en France en juin 2021. Il s'agira d'un immeuble de six étages, avec trois niveaux de parking en sous-sol, comprenant 563 places et des locaux techniques. Le projet porte le nom de Com'Unity et réunira 33 800 m² de bureaux, sur la commune de Bezons.
 
Pour le réaliser, le promoteur belge a misé sur Eiffage Construction, lequel se basera sur les plans de l'architecte Hervé Metge (SRA Architectures), assisté de SOM pour les façades : il est effectivement prévu que ces dernières soient réalisées en verre et en aluminium. Les parties communes seront quant à elles aménagées par le Cabinet Pinto et tenteront de répondre à des critères haut de gamme. Elles comprendront un auditorium, un Restaurant Inter-Entreprises (RIE), une salle de sport, des salons, un lobby, une cafétéria et 1 900 m² de jardins. Eiffage opérera en tant qu'entreprise générale, c’est-à-dire qu'il prendra en charge la responsabilité de la construction dans tous les corps d'état. Il sélectionnera lui-même les intervenants du chantier.

 

Dans le quartier de la Nouvelle Seine

Com'Unity sortira de terre dans le quartier de La Nouvelle Seine, qui rassemblera bientôt de nombreux immeubles de bureaux. Situé près du Pont de Bezons et de La Défense, il bénéficiera d'un accès au tramway T2, à l'A86 et aux voies rapides des quais de Seine. Eiffage parle de "nouveau point de passage stratégique dans le projet du Grand Paris".
 
Crée il y a plus de 25 ans, Atenor a réalisé un résultat net de 22,18 millions d'euros, en 2017. Il est présidé par Frank Donck et spécialisé dans les projets urbains de grande envergure (bureaux, ensembles mixtes et résidentiels). Il revendique une "grande qualité technique et architecturale" et des responsabilités urbaines, environnementales et sociétales. Elles passent, selon lui, par une mixité fonctionnelle renforcée, une densité urbaine, des espaces publics porteurs d'un dialogue, et une architecture porteuse de sens. Atenor est coté sur le marché d'Euronext Brussels.
 
Eiffage Construction est pour sa part une filiale du groupe Eiffage, lequel a réalisé un chiffre d'affaires de 15 milliards d'euros en 2017, dont près de 21 % à l'international, et dispose de 65 000 collaborateurs. Eiffage construction rassemble "les métiers complémentaires de l’aménagement urbain, la promotion immobilière, la construction, la maintenance et les travaux services". Il compte 11 100 collaborateurs, pour un chiffre d'affaires de 3,75 milliards d'euros en 2017.
 
La France n'est pas le seul coup d'éclat d'Atenor puisque le promoteur développe un projet mixte en Allemagne, à Düsseldorf, capitale du Land Nordrhein-Westfalen. Comme à Paris, l'investissement a pour but de l'insérer dans le marché de l'immobilier de la ville et de sa voisine, Cologne. Et il est également présent à Varsovie, en Pologne. Sa stratégie est claire : il vise à intégrer les marchés immobiliers "les plus matures" d'Europe.

A lire également dans le dossier Articles sur l'immobilier en France :

i