Saouzelong : les riverains veulent modifier un projet de promoteur

Un bailleur social souhaite implanter une opération dans le quartier Saouzelong, à Toulouse. Son projet ne convient pas à certains riverains, qui souhaitent le faire modifier.

Projet de promoteur immobilier

Un programme de 93 logements sociaux

Le programme consiste en la démolition de maisons présentes sur les parcelles, qui réunissaient 15 logements, et la construction de 93 logements sociaux. Ils seraient répartis dans quatre bâtiments R+6, dans le cadre d'une opération évaluée à 15 millions d'euros. L'architecture privilégiée réside en des plots, de façon à réduire l'aspect de concentration et favoriser une ouverture vers le Canal du Midi, a indiqué le conseil municipal.
 
Le bailleur social s'est notamment fixé pour objectif de répondre à la demande sociale, très importante sur ce quartier, et de dynamiser les lieux en réservant les rez-de-chaussée à des commerces, locaux associatifs, services, professions libérales, médicales ou paramédicales. Un atelier est d'ailleurs prévu afin de discuter de l'aménagement de ces espaces. Son permis de construire, déposé en octobre 2017, implique enfin un nombre de stationnements supérieur aux ratios imposés par le Plan Local d'Urbanisme (PLU).
 

Une pétition a été lancée

L'association des parents d'élèves du groupe scolaire Sauzelong s'oppose néanmoins au programme. En tout cas sous cette forme. Elle a collé des affiches dans le quartier et lancé une pétition, sur Internet. Elle a jusque-là recueilli 389 signatures. Ses membres ont détaillé leurs craintes et demandent la "révision" du projet. "On va faire trop de logements, ça va rompre l'équilibre actuel", a notamment indiqué Grégory Guedon, membre actif du collectif, à La Dépêche.
 
Leurs peurs concernent en particulier la croissance de la délinquance, dans le quartier. Ils pensent qu'une augmentation significative de la population détériorera la mixité sociale, déjà "précaire". Elle pourrait également saturer les écoles, si aucune infrastructure n'est prévue, la circulation et le stationnement, ou encore conduire à une réduction des espaces verts. L'association fait remarquer qu'un autre bailleur social a un projet similaire et que le nombre de logements sociaux pourrait exploser sur la zone. Enfin, ils craignent que les hauts immeubles ferment "la perspective sur le Canal du Midi".
 

Les travaux sensibles effectués pendant les vacances scolaires ?

Les parents d'élèves alertent aussi contre les travaux et les risques qu'ils engendreront pour les enfants. La disparition des existants et la création des nouveaux bâtiments implique un désamiantage, une démolition et une construction. Ils veulent donc que les travaux sensibles "soient programmés pendant les vacances scolaires et que les établissements soient nettoyés suite à ces opérations". Ils proposent enfin l'édification d'un bâtiment "créant du lien" entre les habitants, par exemple dans le domaine de la permaculture, et l'utilisation de technologies écologiques (panneaux solaires, compostage, terrasses végétalisées, …).
 
Le comité de quartier Rangueil Saouzelong partage les inquiétudes de l'association. Une rencontre a eu lieu avec la mairie, le 10 janvier dernier, laquelle a rappelé que la volonté de densification urbaine émanait du gouvernement. Elle a aussi indiqué que certains quartiers étaient davantage exposés que d'autres à ces changements. Les travaux pourraient débuter en mars 2019, pour une durée de 18 mois.

A lire également dans le dossier Articles sur l'immobilier en France :

i