Gare et ZAC EuroRennes : la Métropole Rennaise booste son attractivité

Rennes a inauguré sa nouvelle gare en juillet 2019. Multimodale et affichant une architecture audacieuse, elle a nécessité quatre ans de travaux. À l'instar de l'ensemble des projets de la ZAC EuroRennes, elle répond à la volonté de la métropole de développer son attractivité.
 

rennes


Un pôle multimodal qui accueillera environ plus de 20 millions de voyageurs par an

Résultat d'un chantier colossal, la nouvelle gare de Rennes a été inaugurée début juillet 2019. Pour l'occasion, la ville n'a pas lésiné sur les moyens et a organisé de nombreuses animations. En découvrant les courbes de l'édifice, certains spectateurs allaient jusqu'à affirmer qu'il s'agissait de la plus belle station de France. 

Il avait été défini trois objectifs, autour de cette rénovation :

  • améliorer l'accueil de la ligne grande vitesse qui relie Rennes à Paris en 1 heure 26 minutes,
  • mettre en connexion les différents modes de transport,
  • et valoriser le projet urbain EuroRennes.


Le chantier était annoncé compliqué, alors que la gare devait en toutes circonstances recevoir 65 000 voyageurs par jour. Les travaux ont duré quatre ans et le résultat a marqué les esprits. Le nouvel ensemble présente une superficie totale de 13 000 m², disséminés sur quatre niveaux. Dix-huit arbres de métal supportent désormais des passerelles aériennes censées accueillir 20 millions de voyageurs par an : ils font écho à la forêt de Brocéliande qui se situe à quelques kilomètres de là. L'ouvrage comprend également une gare routière, des parkings et deux stations de métro. La construction a impliqué un investissement de 126 millions d'euros, répartis entre l'État, la région Bretagne, Rennes métropole, la ville de Rennes, la SNCF et le Conseil départemental d'Ille-et-Vilaine. 

Eurorennes : le projet urbain qui bouleverse l'immobilier Rennais

Plus largement, la gare rennaise s'inscrit dans le projet de l'EuroRennes, lequel consiste à faire disparaître la rupture historique entre le centre-ville et le quartier sud-gare. Il est piloté dans le cadre d'une Zone d'aménagement concerté (ZAC) qui s'applique à un territoire de 58 hectares, décomposé à 15 secteurs. Il prévoit la construction de 1 500 logements, 125 000 m² de bureaux, 30 000 m² de commerces, services et loisirs et 9 500 m² d'équipements. Classé d'intérêt communautaire, EuroRennes s'appuie sur une charte écoresponsable définie en six thèmes principaux : la mixité des programmes, les mobilités, la gestion des nuisances, l'énergie et les ressources, la qualité des ambiances architecturales, urbaines et paysagères, et la gouvernance. Il prévoit des lieux de vie et de culture, ainsi qu'un pôle d'affaires en centre-ville. De nombreuses opérations immobilières ont été lancées en vue de mettre en valeur l'investissement public.

La maîtrise d'ouvrage a été déléguée à Territoires Publics par Rennes Métropole et a impliqué la collaboration de la SNCF, de SNCF Réseaux, de l'État, du Conseil départemental d’Ille-et-Vilaine, du Conseil régional de Bretagne, de la Ville de Rennes et du Syndicat Mixte de la Gare Routière (SMGR). Philippe Gazeau et Louis Paillard, de French Global Project, ont été chargés des domaines de l'architecture et de l'urbanisme, en association avec l'Agence Ter. Ce projet répond à la volonté de développer l'attractivité de la capitale de Bretagne et de la faire connaître à l'étranger. L'opération a porté ses fruits et les tarifs moyens au mètre carré des logements étaient en nette hausse, dans l'agglomération, ces derniers mois.


Informations complémentaires :
Site officiel : Le projet urbain Eurorennes.fr 
 

A lire également dans le dossier Articles sur l'immobilier en France :

i