La collaboration entre promoteurs et agents immobiliers s'est renforcée

Les deux professions de l'immobilier, promoteur et agent immobilier, collaborent de plus en plus. Le premier a notamment recours au second pour plusieurs missions, dont la prospection foncière, la commercialisation et la gestion des biens.


 

Une aide au niveau de la prospection foncière

Les agents immobiliers peuvent apporter leur contribution lors de la recherche de bien foncier. Les agences intéressantes pour les promoteurs sont celles qui sont les plus attentives au marché de leur commune et tout particulièrement à l'évolution du Plan Local d'Urbanisme (PLU). Elles sont généralement très bien informées sur la disponibilité des terrains.
 
"Les petites agences sont sollicitées pour apporter du foncier. Si un terrain à bâtir est en vente ou qu’une maison avec un grand jardin vient d’être mise sur le marché et dont l’emprise foncière peut intéresser un promoteur, les agents lui feront remonter l’information", a expliqué Henri Brahy, président d'HB Conseil au Journal de l'Agence.
 
 

La commercialisation des biens en VEFA

Les agents peuvent également apporter leur contribution lors de la vente en l'état futur d'achèvement (VEFA) par le promoteur. Ils disposent effectivement d'un maillage territorial important qui peut leur permettre de trouver des clients pour ce type de produits. Selon la FNAIM, 21 % des logements neufs seraient ainsi vendus par des agents immobiliers.
 
"Sur le volet commercialisation, chez Quartus Résidentiel, nous rémunérons entre 6 et 6,5 % en moyenne sur le prix de vente du bien", a précisé Pascal Beaubois, directeur général de Quartus Résidentiel, au site internet. La neutralité de l'agent immobilier serait particulièrement appréciée par les acheteurs : "Il n’a pas plus d’intérêt à vendre un logement Bouygues qu’un logement Eiffage à une personne qui viendrait le voir. Il ne se préoccupera que des besoins réels de l’acquéreur."
 
 

La gestion locative des immeubles

Les promoteurs sollicitent aussi les agences pour leurs compétences dans la gestion des immeubles. Ils leur confient souvent les rênes de leur programme, après la livraison des produits, en s'appuyant sur des conventions. Elles peuvent notamment assurer la gestion locative des biens.
 
"Nous sommes un peu le service après-vente des promoteurs. C’est vers nous que les occupants se tourneront s’ils réalisent, après coup, qu’il existe des malfaçons dans leur logement et veulent faire jouer leur garantie dommage ouvrage. Nous délivrons en plus un service de garantie des impayés de loyers ainsi qu’un service de garantie d’occupation aux investisseurs", a détaillé Jean-Louis Vesperini, président de la région Ile-de-France de Foncia.
 
 

Des promoteurs multicartes

Certains promoteurs ont choisi de développer leurs propres agences immobilières. Ils ne sous-traitent ainsi plus aucune mission et répondent à leurs propres besoins. C'est en particulier le cas de Nexity : "Plus de 200 agences se déploient sur l’ensemble du territoire. Nos agents ont accès à l’ensemble des biens neufs que nous proposons", a souligné Cécile Baudoux, directrice de la région Alpes-Centre-Est SIP pour Nexity.
 
Quartus Résidentiel ne s'oriente pas vers cette stratégie. Le promoteur a mis en place une plateforme dédiée aux agents immobiliers, laquelle leur permet d'avoir accès à toutes les informations sur leurs produits.
 
La collaboration entre promoteurs et agents immobiliers, qui s'est renforcée et semble gagnante-gagnante, devrait se poursuivre longtemps. A moins que l'arrivée du BIM (Building Information Modeling ou modélisation des données du bâtiment) et du carnet numérique du logement ne vienne encore bousculer les habitudes…

A lire également dans le dossier Articles sur l'immobilier en France :

i