Bordeaux : Brazza, un quartier paysage pour relier la rive gauche et Bastide-Niel

Le projet Brazza devrait permettre de relier la Rive Gauche au futur quartier de Bastide-Niel. Il implique la construction de 4 950 logements, répartis sur 53 hectares, et tente de concilier urbanisme et écologie.

Bordeaux projet Brazza
 

Un quartier innovant et écologique situé dans l'agglomération bordelaise


Le quartier de Brazza se situe en vis-à-vis des Bassins à flot et de la Cité du vin, de l'autre côté de la Garonne. Localisé au cœur de l'agglomération, il est l'épicentre de nombreux enjeux urbains. Il devrait bientôt devenir une zone à vivre agréable et pourvue de logements, d'équipements publics et d'espaces de promenade.

Ce projet d'envergure mise sur les paysages, en particulier par le biais de la prolongation du Parc aux angéliques. Il implique également la construction de nombreux logements différenciés, dont 35 % réservé au social, des bâtiments collectifs en pilotis et des maisons individuelles. En termes de surface, 319 000 m² de planchers devraient être destinés au logement, soit 2 097 logements collectifs sur pilotis, 349 échoppes et 1 357 logements situés sur la Brazzaligne. 22 000 m² devraient concerner les équipements, 50 000 m² les locaux affectés à l'artisanat, 21 500 m² la culture, le sport et les loisirs, 38 500 m² les bureaux, 10 500 m² les hôtels et 7 000 m² les commerces.

Brazza est piloté par l'Atelier de Brazza, instance qui dépend de la Direction générale adjointe de l’aménagement de Bordeaux Métropole. Le coût de l'opération est estimé à 141 millions d'euros, dont 51,5 millions d'euros incombent à Bordeaux Métropole et 89,5 millions d'euros à la ville bordelaise. Dans l'optique de doter la zone des équipements nécessaires, une majoration de taux de 10 % a été instaurée sur la taxe d'aménagement. 
 

Un projet immobilier qui concilie urbanisme et espaces verts


Selon l'architecte paysagiste Michel Desvigne, le projet Brazza a pour vocation d'adapter une "construction artificielle" à ces "traces constituées par l'histoire bordelaise", particulièrement visibles dans la zone. Elle devrait ainsi concilier espaces verts et urbanisme, et se passer "des règles inadaptées et pesantes de la ville traditionnelle", ajoute son confrère Youssef Tohmé. L'un de leurs objectifs est de permettre aux résidents d'habiter Bordeaux "autrement" : et comme indiqué plus haut, le quartier accueillera plusieurs typologies de bâtiments ouverts sur la nature.

Les travaux ont débuté en 2018 et plusieurs opérations devraient être livrées dès 2020. Dotés d'un environnement assez exceptionnel, les logements libres sont commercialisés à des tarifs d'environ 4 000 euros le mètre carré, tandis que ceux en accession à la propriété sont compris entre 2 500 et 3 000 euros le mètre carré. Les petits appartements sur pilotis, qui doivent faire face aux risques d'inondation, sont quant à eux surtout destinés aux primo-accédants. Leurs tarifs sont d'environ 2 400 euros le mètre carré. Une cathédrale des sports, deux écoles, une médiathèque, un gymnase, une maison de quartier, ou encore un marché aux puces seront aussi bâtis.

Bordeaux Métropole œuvre par ailleurs sur d'autres projets de réaménagement, tels la place Gambetta, dans le quartier centre, la place Tourny, qui subit un lifting dans le cadre des travaux de la ligne D du tramway, le secteur Alphonse Dupeux-Saint-Genès et la restructuration du dépôt de bus de Lescure. L'agglomération girondine poursuit ainsi sa profonde mutation.


Informations complémentaires :

- Site officiel : Bordeaux Métropole - Brazza 

A lire également dans le dossier Articles sur l'immobilier en France :

i