Strasbourg : l'une des plus hautes tours en bois sera bientôt livrée

La Tour Sensation devrait être livrée début 2019. Il s'agira de l'une des plus hautes tours en bois de France (37 mètres). L'ensemble de la résidence comprendra 146 logements, lesquels ont été commercialisés à des tarifs très au-delà des habitudes strasbourgeoises.


Un édifice totalement en bois de 146 logements

Les cabinets ASP Architecture et Koz architectes ont imaginé la Tour Sensation, une opération qui comptera 146 logements. Trois immeubles, intégralement en bois et liés à la même base, sont en cours de construction. Le plus haut culminera à 37 mètres, soit l'équivalent de onze étages. 80 % des appartements ont déjà trouvé preneurs. Ils ont été vendus à un tarif moyen de 3 500 euros par m². À titre informatif, le prix moyen au m², dans la ville de Strasbourg, est de 2 666 euros.

Le promoteur a bénéficié de nombreuses aides afin de développer son ambitieux projet. L'État a mis la main à la poche à hauteur de 2,7 millions d'euros, par le biais de subventions. L'intégralité du bâtiment a nécessité un investissement 3,7 millions d'euros, soit 20 % de plus qu'un bâtiment disposant d'une ossature "classique".

Isolation efficace et air intérieur purifié

Afin d'apporter la résistance nécessaire, la structure est en bois lamellé croisé, lequel est utilisé pour des applications de plus longues portées que son cousin le lamellé-collé. Utilisé en façade, il constitue un isolant efficace, qui permet de réduire la consommation d'énergie à 15 kWh/m² par an (pour une moyenne en France de 100 kWh/m², Ndlr).

La maîtrise d'œuvre a également misé sur des peintures et des faux plafonds à faible émission de solvants. Les constructeurs ont été alertés, dans les années 90, sur l'importance de favoriser une bonne qualité de l'air intérieur. Les progrès réalisés sont indéniables.

"Créer une ville transfrontalière avec Kehl"

Roland Ries, maire socialiste de la ville strasbourgeoise, a participé à la présentation du projet, le 21 mars. Il était notamment accompagné de Robert Herrmann, le président de l'Eurométropole. L'opération s'inscrit dans la volonté de développer "un espace économique fort", le quartier des Deux-Rives. Il s'agit d'un pôle transfrontalier qui "permettra le développement d’ateliers, de locaux artisanaux, de bureaux-formation, ainsi que des espaces à vocation culturelle, économique et citoyenne". Il se revendique "plus grand projet urbain de France (1 500 000 m², Ndlr)".

"Nous voulons créer une ville transfrontalière avec Kehl, en urbanisant tous les terrains entre Strasbourg et le Rhin. Cette zone constitue un laboratoire de la construction en Europe. Elle accueillera 50 000 nouveaux habitants d’ici 20 ans. L’expansion de Strasbourg doit se faire du côté Est, plutôt qu’à l’Ouest, pour ne pas grignoter plus de terrain vers le Kochersberg", a déclaré l'élu strasbourgeois à l'assistance (propos relayés par Rue 89).

À dominante d'habitat, le quartier des Deux-Rives implique une mixité fonctionnelle et prévoit 30 % de sa programmation pour l'activité économique. Il s'agit d'un des axes forts de Strasbourg ECO 2030, lequel a pour vocation de transformer le visage de la ville alsacienne.

A lire également dans le dossier Articles sur l'immobilier en France :

i