Métropole du Grand Paris : les communes où il faut investir dans l'immobilier

Le projet de réseau de transport public Grand Paris Express bouleverse le marché de l'immobilier de l'Île-de-France. Les prix devraient exploser dans de nombreuses communes ces prochaines années. Le moment est bien choisi pour procéder à une vente de son terrain à un promoteur.
 

 

Le Supermétro francilien va tout changer

La réalisation du Grand Paris Express va conduire à la construction de soixante-huit nouvelles gares, en Île-de-France. Le programme implique un investissement de 28 milliards d'euros que Léo Attias, président de FIABCI-France, considère comme "le seul projet mondial de cette envergure". Il devrait entraîner de nombreux changements, dans la région.
 
Thomas Lefebvre, spécialiste du Grand Paris sur le site MeilleursAgents, pense que l'arrivée du Supermétro va bouleverser les ventes de logements : "L'immobilier s'appréhende sur le long terme. Il est donc intéressant de commencer à réfléchir dès à présent à un investissement immobilier situé près de l'une des gares du Grand Paris", a-t-il expliqué aux Echos.
 

Les communes procèdent à un large réaménagement urbain

Le quotidien rappelle que près de 1 300 communes sont concernées par les futures gares du Grand Paris Express. A titre d'exemple, il ne faudra bientôt plus que 37 minutes pour rejoindre Champigny-sur-Marne, depuis la Défense. Et les nombreux chantiers liés aux voies devraient être achevés en 2030. Mais ce ne sont pas les seuls travaux qui ont été entamés.
 
La plupart des communes ont développé des programmes mixtes pour augmenter leur offre de logement et améliorer la qualité de vie de ses résidents. Elles opèrent un large réaménagement qui vise à les rendre plus séduisantes. "Le projet va modifier tout le paysage, tant par les transports que par la transformation immobilière, qui va donner une nouvelle vie urbaine à ces territoires", a ajouté Léo Attias. Les abords des futures stations sont notamment l'objet de profondes réhabilitations. Et certaines villes, qui seront bientôt désenclavées, attirent les travailleurs qui souhaitent acquérir un logement, voire les investisseurs.
 
Olivier Colcombet, président du réseau d'agences Optimhome, pense que les zones autour des gares vont connaitre une forte hausse des tarifs de l'immobilier : "Les prix de ces quartiers vont augmenter de 10 à 15 % quasiment dès l'ouverture de la station. A moyen terme, la plus-value pourrait même représenter de 20 à 40 % selon les villes", a-t-il estimé.
 

Ces villes où les tarifs restent abordables

Philippe Yvin pense que le moment est bien choisi pour acheter : "Il existe de très belles opportunités immobilières aujourd'hui entre l'autoroute A86 et le périphérique", a-t-il lancé au quotidien. Ce dernier cite ainsi les noms de plusieurs secteurs qui pourraient permettre de réaliser de belles affaires. Ce serait notamment le cas du quartier de l'Institut Gustave-Roussy (IGR), à Villejuif (94), où une gare futuriste, reliée à de nombreux commerces, bureaux et logements, est en cours de développement.
 
Or les tarifs des biens immobiliers sont encore intéressants, dans la zone, comme souvent sur la ligne sud : les logements sont accessibles pour 3 621 euros/m², en moyenne, contre 3 903 euros le m² dans le centre de la ville. C'est également le cas autour de la future station de Créteil-L'Echat, où les biens s'écoulent à des montants moyens de 3 300 euros/m², contre 3 576 euros/m² un peu plus loin.
 
Les tarifs ne tarderont pas à connaître une forte hausse, comme cela a été le cas à Saint-Ouen : "Il faut se dépêcher, car les prix ont augmenté de 5 % cette année. C'est la seule ville (Saint-Ouen) du Grand Paris où l'on ressent déjà une certaine tension immobilière. Pour les autres villes situées le long de la ligne 15 Sud, si l'on achète aujourd'hui un bien neuf livré dans deux ans, il est quasiment certain que la plus-value dix ans plus tard sera conséquente", a souligné Didier Camandona, de la Fnaim.
 
Le journal indique par ailleurs qu'il est "trop tôt" pour acheter des biens dans les communes dont les gares ne seront livrées qu'en 2024, hormis Massy. Il cite huit villes vers lesquelles il recommande de se tourner : Saint-Denis (3 129 euros/m²), Saint-Ouen (4 149 euros/m²), Aubervilliers (3 077 euros/m²), Champigny-sur-Marne (3 097 euros/m²), Noisy-le-Grand (3 281 euros/m²), Villejuif (3 903 euros/m²), Bagneux (3 788 euros/m²) et Massy (3 116 euros/m²).
 
 
Vous possédez une maison ou un terrain à vendre sur une commune du projet Grand Paris Express ?
 
   

A lire également dans le dossier Métropole du Grand Paris :

i