Les prix de l'immobilier montent déjà dans la ville d'Asnières-sur-Seine

Bientôt accessible par le Grand Paris Express, la ville d'Asnières-sur-Seine attire des investisseurs, déjà séduits par son cadre de vie. Et ses tarifs immobiliers augmentent rapidement.

Square Asnières-sur-Seine
 

Une commune sur le tracé du Grand Paris Express

La gare des Agnettes devrait accueillir le Supermétro, d'ici 2030. Les travaux préparatoires, qui consistent au déplacement des réseaux enterrés, ont débuté en juillet 2017. Un immeuble figurant sur l'emplacement de la future gare a également été démoli. Elle devrait permettre 50 000 voyages par jour. Villejuif Institut G. Roussy sera accessible en 33 minutes et Saint-Cloud en 18 minutes. La municipalité rénove les trottoirs, les entrées carrossables et végétalise les alentours de la station. Le chantier implique des dépenses de plus d'un million d'euros. Asnières-sur-Seine sera aussi accessible par la gare de Bécon-les-Bruyères (Courbeboie).
 
Plus globalement, la ligne 15 Ouest, qui passera bientôt par Asnières-sur-Seine, dispose d'un tracé long de 20 kilomètres. Elle touchera 14 communes et sera 100 % automatique. 800 000 habitants sont concernés par sa construction. Elle devrait générer 2 millions de voyages quotidiens.
 

Le marché de l'immobilier déjà impacté

Les tarifs de l'immobilier ont déjà fait un bond, dans la ville, avec une hausse de 5,6 % sur les douze derniers mois, d'après MeilleursAgents. S'il existe de fortes disparités, selon les quartiers, les prix moyens au m² sont de 5 703 euros pour les appartements et 7 062 euros pour les pavillons. "Le projet du Grand Paris Express est encore trop flou pour faire grimper les prix", a indiqué Telmo Madeira, directeur d'Era Asnières (propos relayés par L'Express), qui considère donc que la hausse des prix va s'accentuer dans les années à venir.
 
Catherine Georges, négociatrice pour le cabinet Arnel, pointe quant à elle "le manque de produits dans des quartiers très demandés". Le quartier de la gare est particulièrement prisé : "Vous êtes à moins de 10 minutes à pied du métro ou du train donc les Parisiens se positionnent et font monter les prix", a-t-elle ajouté. Adeline de La Paillonne, de l’agence Ville & jardins, fait aussi remarquer que la clientèle change : "On a de plus en plus de jeunes cadres parisiens, qui viennent d’avoir un enfant ou ont un projet familial", a-t-elle confié au quotidien.
 

Deux ZAC en cours de développement

Et certaines zones subissent une profonde transformation. Deka Immobilier et Nexity développent par exemple un projet labellisé "bois et bas carbone" (BBCA), HQE Excellent et Breeal Excellent dans la ZAC Bords de Seine. Il réunira bientôt 850 logements, 2 500 m² de commerces et 49 600 m² de bureaux, autour d'un parc de 1,5 hectare. Il bénéficiera de la proximité d'un complexe sportif, via la réhabilitation de l'ancienne halle industrielle réalisée par Charles Knight en 1925. Cette dernière accueillera également un hôtel de 130 chambres et un restaurant.
 
La commune développe une autre ZAC, dénommée Parc d’affaires, qui comptera bientôt 2 000 logements, dont 25 % de sociaux, un hôtel, des résidences étudiantes, d'autres destinées aux personnes âgées et au tourisme, des bureaux et de nombreux équipements, dont un groupe scolaire, une crèche, un gymnase et un stade. La zone s'étend sur 16 hectares. Enfin, le site PSA subit aussi une mutation, avec la construction de 85 000 m² de bureaux, 5 000 m² de commerces, 30 000 m² de logements et de nombreux équipements publics.
 

Vous possédez une maison ou un terrain à vendre sur une commune du projet Grand Paris Express ?
 
   

A lire également dans le dossier Dossier Métropole du Grand Paris :

i