Lausanne : une "tour forêt" sortira bientôt de terre

L'architecte Stefano Boeri a imaginé la tour des Cèdres, laquelle verra bientôt le jour à Lausanne. Elle fera 117 mètres de haut, et accueillera plus de 100 arbres, 6 000 arbustes et 18 000 plantes ! Le montant des travaux est estimé à 200 millions de francs suisses (169 millions d'euros).

vue de la toue des cèdres

Un immeuble couvert d'arbres

Lausanne accueillera bientôt une tour de 117 mètres de haut recouverte d'arbres à feuilles persistantes, imaginée par l'architecte Stefano Boeri. Elle comptera 36 étages et réunira plus de 100 arbres, 6 000 arbustes et 18 000 plantes. Le projet prévoit 20 % de bureaux, dans les étages inférieurs, et 80 % de logements. Un restaurant panoramique ouvrira ses portes au dernier niveau. Les appartements proposeront des surfaces de 80 m² à 160 m². Leur tarif sera "dans le tiers supérieur des prix, sans aller dans le luxe".

Le montant de l'investissement prévu par les promoteurs est de 169 millions d'euros. L'opération s'inscrit dans la volonté de la municipalité de développer un nouveau quartier qui accueillera, à terme, 1 600 habitants. Sa construction devrait générer un millier d'emplois et l'immeuble, qui verra le jour en 2020, en deviendra l'un de ses emblèmes.


Un architecte avec une belle carte de visite

Stefano Boeri n'en est pas à son coup d'essai. Il a réalisé le fameux complexe Bosco Verticale, dans sa ville natale, Milan. L'opération a consisté en l'élaboration de deux tours, qui s'inscrivaient déjà dans un projet de renouvellement urbain. Comme leur sœur de Lausanne, elles résultaient de la volonté "d'intégrer de la biodiversité" dans une zone recouverte de béton.

Les deux bâtiments ont été inaugurés en 2014. La Torre E fait 26 étages, ou 110 mètres de haut, tandis que la Torre D est composée de 18 étages (ou 76 mètres). Leur construction a nécessité un investissement de 2 milliards d'euros (avec l'aménagement du quartier), et les logements se sont commercialisés à des prix supérieurs à 3 000 euros/m². À noter que l'architecte a également conçu le bâtiment public Villa Méditerranée, à Marseille.


Boeri appelle à végétaliser l'espace urbain

Soucieux de l'avenir de la planète, Stefano Boeri a lancé un appel, afin que les élus municipaux privilégient désormais des projets impliquant des terrasses ou balcons végétalisés : "Nous, concepteurs de la première forêt verticale à Milan invitons les architectes, urbanistes, agronomes, paysagistes, chercheurs à considérer qu’en 2030, 60 % de la population mondiale vivra en ville", a-t-il lancé (propos relayés par Le Monde).

Et de poursuivre : "Aujourd’hui déjà, les villes consomment 75 % des ressources naturelles et sont responsables de plus de 70 % des émissions globales de CO2. (…) Si nous voulons inverser le changement climatique, favoriser la survie des espèces vivantes et faire en sorte que nos villes soient plus vertes, plus saines et plus agréables, le reboisement urbain doit devenir une priorité." Ses réalisations entrent clairement dans cette démarche.

De nombreuses villes semblent avoir pris conscience de la nécessité de végétaliser les zones urbaines, ces dernières années, afin de lutter contre la pollution. Les projets d'immeubles forêts se multiplient, partout dans le monde.

A lire également dans le dossier Articles sur l'immobilier à l'étranger :

i