Des citoyens s'opposent au projet Faubourg Lac-Brome au Québec

Le projet immobilier Faubourg Lac-Brome est mis en cause par des habitants de la ville. Ils estiment que les réglementations d'urbanisme ne sont pas respectées. Ils ont l'intention de déposer un recours, si la municipalité valide le permis de construire. Cette dernière ne compte pas se laisser faire.


Travaux de construction de pavillons par un promoteur
 

Plusieurs mises en demeure adressées au maire

Mécontents, des habitants de Lac-Brome ont adressé plusieurs mises en demeure à Richard Burcombe, leur maire, ainsi qu’au conseil des maires de la MRC Brome-Missisquoi. Ils menacent de faire appel à la justice afin d'empêcher le développement du projet de construction d'une cinquantaine de maisons sur le site du golf Lac-Brome.
 
"Le bouleversement de la nature et la pression indus sur le lac Brome découlant de l’ajout d’un bassin important de population contribueraient à une dégradation de l’environnement et ultimement, à l’attractivité de la Ville", ont-ils notamment argué, dans un courrier adressé anonymement à l'élu, par le biais de leur avocat (texte relayé par La Voix de l'Est).
 


"Ce n’est pas l’outil le plus transparent pour les citoyens"

Les habitants dénoncent plusieurs points, et en particulier "le développement résidentiel proposé, lequel se trouve à l’extérieur du périmètre urbain identifié dans le schéma d’aménagement de la MRC". Ils s'insurgent également de "l’utilisation par la Ville d’un outil d’urbanisme méconnu pour modifier la réglementation afin de faire passer le projet, soit un projet particulier de construction, de modification ou d’occupation d’un immeuble (PPCMOI)".
 
"Ce n’est pas illégal d’utiliser un PPCMOI. Mais il y a tellement de modifications et de dérogations à faire qu’on pense que ce n’est pas l’outil le plus transparent pour les citoyens", a précise leur avocate. D'autant plus que le PPCMOI serait "en contradiction avec le règlement de contrôle intérimaire de la MRC eu égard de l’ouverture ou du prolongement d’une rue en dehors du périmètre urbain". Elle pointe aussi le manque d'information des citoyens.
 


"Il y a des gens qui veulent régler leur compte personnel"

Le maire se défend d'avoir manqué à ses devoirs. Le conseil a requis un avis juridique, mais considère avoir agi selon la loi : "On a fait tout ce qu’on pouvait pour bien informer nos citoyens. Je pense que ce sont des gens qui sont contre tout projet qu’on propose. Ils ne veulent pas de développement. C’est tout", a-t-il confié au quotidien.  
 
Le promoteur considère quant à lui avoir convaincu suffisamment de résidents des zones concernées par le registre pour éviter que la ville n'organise un référendum sur les dérogations accordées au projet immobilier. "Il y a des gens qui veulent régler leur compte personnel avec la ville pour toutes sortes d’affaires. On n’a rien à voir là-dedans", a-t-il fait savoir au journal. Et de poursuivre : "Ça fait plus d’un an et demi qu’on y travaille, qu’on y met de l’argent et de l’énergie. On a fait nos devoirs. Notre projet est dans les normes environnementales, même au-dessus."
 
Les investisseurs espèrent que la situation se débloque très vite. Le maire a quant à lui prévenu qu'il n'hésiterait pas à saisir la justice dans le cadre d'un recours en dommage et intérêts. "Ils nous nuisent, on ne les lâchera pas", a-t-il conclu.

A lire également dans le dossier Articles sur l'immobilier à l'étranger :

i