Crise du logement : le Luxembourg voit sa situation s'améliorer

Le gouvernement du Luxembourg œuvre depuis près d'une décennie pour endiguer la crise du logement et favoriser la construction de résidences. Son troisième monitoring, depuis l'adoption de la loi du Pacte logement (PL), révèle les progrès réalisés : le nombre de projets a explosé.

panneau de chantier interdit au public, sur le lieu de construction par un promoteur
 

Des projets en forte hausse

De 2007 à 2016, 32 837 logements ont été bâtis au Luxembourg, dont 71 % d'appartements. Et 45 000 autres habitations sont en projet, sur le moyen-long terme, a indiqué l'administration. "Il est à relever que, par rapport au monitoring de 2014, le nombre de logements construits annuellement a augmenté de 13 %", s'est félicité le ministre du logement, Marx Hansen (propos recueillis par Lequotidien.lu).

"Les chiffres l’attestent : de plus en plus de logements sont construits au Luxembourg. Après une baisse dans les années 2000, la courbe remonte, a ajouté le membre du gouvernement. Et les prévisions annoncent une poursuite en ce sens. Nous avançons sur ce sujet complexe et qui prend du temps. Nous avons notamment réduit les démarches administratives. Le bilan est donc positif, mais nous devons le rendre encore plus positif."
 

97 communes ont joué le jeu

Cette progression est le résultat de la loi Pacte Logement(PL), adoptée en 2008. De nombreuses communes se sont laissé séduire par la convention, laquelle prévoit plusieurs dispositifs dont "un droit de préemption (priorité sur l'acquisition), une taxe communale annuelle spécifique, l'impôt foncier B6, un droit d'emphytéose (contrat de longue durée entre un preneur et un propriétaire) et enfin une exemption de l'impôt sur le revenu", rappelle le média.

97 communes ont joué le jeu et se sont engagées à faire progresser leur population de 15 %, dans les dix prochaines années. Elles ont entrepris des projets visant à développer leurs infrastructures et leurs équipements collectifs. Elles ont pris des dispositions afin de favoriser l'urbanisation. Et 63 d'entre elles ont déjà atteint leur objectif en matière d'augmentation de nombre d'habitants.
 

Accélérer la mise en œuvre des projets

Le ministère a également tenté de faciliter les démarches préalables aux constructions des maisons individuelles. Il a réduit les délais et simplifié les procédures administratives. Cela a été efficace, puisque les plans d’aménagement particulier (PAP) ont progressé de plus de 50 %, entre 2007 et 2013. Et, si certains tardent à les concrétiser, le gouvernement entend faire adopter une nouvelle loi pour les forcer à accélérer la mise en œuvre de leurs projets.

Dan Kersch, ministre de l'Intérieur, a conscience de l'importance du problème. Il souhaite encore modifier la loi : "Le projet immobilier devra être réalisé dans un certain délai. Si ce n’est pas le cas, le terrain sera reclassé zone verte et la commune pourra l’acheter à un prix favorable. C’est un moyen de faire pression sur les propriétaires et les promoteurs, et ainsi de lutter contre la spéculation, tout en introduisant une nouvelle forme de remembrement urbain."

Les progrès sont réels, mais la crise du logement n'est pas réglée. La Chambre des métiers préconise d'aller plus loin et de créer une taxe communale sur la rétention des terrains et des logements inoccupés. Elle estime également qu'il faut augmenter le parc des logements à coût modéré et stimuler la création de biens locatifs, par le biais de divers leviers. Autant de nouvelles pistes pour accélérer la création de nouvelles habitations et sortir le pays de ses difficultés.
 

A lire également dans le dossier Articles sur l'immobilier à l'étranger :

i