Montréal : L'hippodrome déconstruit pour faire place à un quartier résidentiel

Montréal va devoir débourser entre 9,5 millions de dollars canadiens (6,2 millions d'euros) et 13,2 millions de dollars canadiens (8,6 millions d'euros) pour déconstruire son ancien hippodrome. La municipalité espère permettre, à terme, la construction de 5 000 habitations, dont 20 % de logements sociaux.

Montréal va déconstruire l'hippodrome et décontaminer la zone avant de la livrer à des promoteurs


5 000 logements pour lutter contre l'inflation des loyers

La crise du logement de la ville aux cent clochers est officiellement terminée depuis 2015. La mairie n'en souhaite pas moins favoriser la construction et le développement de nouvelles résidences : la limitation de l'inflation des loyers est devenue une priorité. La cession de l'ancien hippodrome s'inscrit dans une politique visant à maintenir un taux d'occupation des habitations inférieur à 3 %.

La mairesse, Valérie Plante, souhaite développer un nouveau quartier, dans le nord-ouest de l'arrondissement Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce. Elle ambitionne la construction de 5 000 logements, dont "20 % de logements sociaux, 20 % de logements abordables et 30 % de logements familiaux". Le terrain est estimé à 52,8 millions de dollars canadiens (34,5 millions d'euros). La ville espère que les futurs aménagements feront progresser sa valeur jusqu'à flirter avec les 2 milliards de dollars canadiens (1,3 milliard d'euros).
 

Un projet long à se décanter

Initié en 2012, le projet n'a été relancé qu'en 2017, lorsque le Québec a cédé le terrain à la ville. La municipalité a alors lancé un appel d'offres afin de déterminer l'entreprise qui aura la charge de la démolition de l'hippodrome. Les devis obtenus oscillent entre 9,5 millions de dollars canadiens (6,2 millions d'euros) et 13,2 millions de dollars canadiens (8,6 millions d'euros). L'estimation faite par la municipalité n'a quant à elle pas été communiquée, et le choix du prestataire n'a pour l'instant pas été réalisé.

Pour rappel, l’hippodrome Blue Bonnets a été inauguré en 1907 et a fermé ses portes en 2009. Il a été transformé, en 2011, pour accueillir un concert de U2. Le réaménagement de la zone devrait impliquer des travaux sur les voiries, et notamment le raccordement entre les deux tronçons du boulevard Cavendish. La Corporation de développement communautaire de Côte-des-Neiges (CDC-CDN) souhaite néanmoins réduire autant que possible la place de l'automobile dans le futur quartier.
 

"En profiter pour être créatif"

Montréal s'est donné deux ans pour mener à bien sa mission et passer le relais à un promoteur. Une décontamination du sol aura lieu après la déconstruction. Le président du comité exécutif, Pierre Desrochers, estime qu'elle sera rapide : "Ça a été soit agricole, soit pour un hippodrome, donc on a identifié de petits endroits, mais c'est très limité. On pense que ce sont des anciens réservoirs de mazout utilisés pour le chauffage. La contamination initiale qu'on voit, c'est minime par rapport à l'ensemble du terrain", a-t-il indiqué à Radio-Canada.

Valérie Plante veut quant à elle inscrire l'ensemble des réflexions dans une démarche de développement durable : "On a une opportunité de se démarquer au niveau du design, mais surtout de la qualité de vie. […] Je pense qu’il faut en profiter pour être créatif. Ici, c’est un peu un désert de transport collectif. À part pour le métro Namur, on n’a pas vraiment de ligne d’autobus, il va falloir le développer", a-t-elle constaté sur les ondes de la radio.

Les premières constructions pourraient voir le jour en 2023.

A lire également dans le dossier Articles sur l'immobilier à l'étranger :

i