L'histoire de la maison qui a inspiré le film "Là-haut"

La propriétaire d'une petite maison proche de Seattle a refusé une offre d'un million de dollars émanant d'un promoteur désireux de bâtir un centre commercial. Le complexe a finalement été construit sur les limites de sa parcelle, inspirant un film d'animation de Pixar.

Maison du film "Là-Haut"

 

La vieille dame refuse une offre d'un million de dollars

Edith Macefield, 85 ans, vivait tranquillement dans sa petite maison, dans la banlieue de Seattle, quand des promoteurs ont décidé d'y bâtir un centre commercial. Ils se sont rendus acquéreurs des parcelles voisines mais se sont heurtés au refus de la vieille dame de céder son terrain et sa demeure, qui avait été construite il y a 108 ans : le motif était qu'elle s'y sentait très bien. Ils ont tenté de négocier et ont mis jusqu'à un million de dollars sur la table, en 2006, pour qu'elle parte. L'offre a été balayée d'un revers de main.
 
Face à l'impossibilité de chasser l'occupante et de raser la petite bâtisse, les promoteurs ont opté pour la solution de bâtir le complexe aux limites de son jardin. La maison d'Edith Macefield a ainsi été encadrée par trois hauts murs de béton banché et est devenue le symbole de la résistance contre les puissants.
 

L'histoire a inspiré un dessin animé

La situation de la vieille dame a beaucoup ému, aux Etats-Unis. Au point que des scénaristes de Pixar Animation Studios et Walt Disney Pictures se sont inspirés de son histoire pour leur film d'animation "Là-haut", sorti dans les salles de cinéma en 2009. Edith Macefield n'a pas pu le voir, puisqu'elle est décédée en 2008, à l'âge de 86 ans, d'un cancer du pancréas.
 
Barry Martin, le directeur principal du projet de construction, a hérité de la petite maison, en raison de son amitié et du rôle de protecteur qu'il a tenu. Il s'était effectivement occupé d'elle, après que la maladie ait été décelée. Il a révélé qu'Edith Macefield avait envisagé de déménager, à la fin de sa vie : "Deux ou trois fois, elle était sur le point de vendre et de déménager. Je sais que la dernière fois, elle en a été empêchée par une chute lors de laquelle elle s'est brisée les cotes. Ça lui a fait perdre son énergie, cela représentait trop de travail."
 

La maison saisie et mise aux enchères

Après avoir pensé en faire un mémorial, Martin a cédé la maison à Greg Pinneo, de la société Cor Company, pour un prix de 310 000 dollars (274 000 euros). Ce dernier a ensuite voulu la faire soulever de quelques mètres avec des ballons, mais le projet est tombé à l'eau et certains investisseurs ont été floués. Il a aussi envisagé l'utiliser pour sa société de coaching immobilier, mais le bien a finalement été saisi, suite à de nombreux déboires judiciaires, et est devenu la propriété des investisseurs qui n'avaient pas été remboursés.
 
La petite bâtisse a été mise en vente en mars 2015, mais n'a pas trouvé d'acquéreurs en raison des 270 000 euros d'impôts d'arriérés qu'il fallait régler en plus de son prix de 150 000 euros. En accord avec la ville, elle a été mise aux enchères sans aucune taxe, et est actuellement disponible.

A lire également dans le dossier Articles sur l'immobilier à l'étranger :

i