A quel prix vendre sa maison à un promoteur ?

De nombreuses questions doivent être posées avant de vendre sa maison a un promoteur car c’est une démarche longue et fastidieuse qui n’est pas commune et que très peu de gens savent pratiquer. Certains vont raconter que c’est le moment « d’empocher » le « loto » ou dans tous les cas une grosse somme d’argent, mais ce n’est pas toujours le cas et attention aux pièges ou aux malentendus !

Vendre sa maison à un promoteur
En effet, tout le monde voudrait avoir une réponse simple et si un tableau définissant les critères précis d’achat avec la valeur équivalente existait il y aurait bien moins de quiproquos, de déceptions voir de désillusions lorsque la réalité rattrape la « fiction » au moment de vendre sa maison à un promoteur.
 
Tout d’abord, avant de parler argent, il est important de se demander dans quel délai on souhaite vendre sa maison. En effet, vendre sa maison a un promoteur n’a rien à voir avec une démarche pour vendre à un particulier. Il est donc important de prendre du recul, de se poser les bonnes questions, puis de se lancer dans cette démarche en toute connaissance de cause afin d’avoir la bonne approche :  du meilleur délai, des meilleures conditions et du coup du meilleur prix, pour vendre sa maison a un promoteur.
   

Les critères d'une vente à un promoteur :

En effet, le premier réflexe d’un particulier vendeur de sa maison avec son terrain où il a parfois vécu toute sa vie, vu grandir ses enfants, est de la valoriser le plus possible afin de faire une grosse voir énorme plus-value pour déménager et acheter la maison de ses rêves voir de garantir ses vieux jours. C’est ainsi que des particuliers s’imaginent qu’un promoteur viendra proposer 2 ou 3 fois la valeur de leur maison, sans aucune condition, en payant comptant… La réalité est bien loin de ce que l’on peut parfois entendre car de nombreux critères souvent longs en temps, sont à respecter et toutes les étapes ne sont pas évidentes à comprendre pour quelqu’un de novice.

Vendre sa maison à un promoteur c’est tout d’abord se mettre à la place du promoteur immobilier pour comprendre comment il va valoriser la maison et dans quelles conditions il peut l’acheter. Deux maisons, dans une même rue, sur un terrain de taille identique, peuvent avoir des valeurs totalement différentes. Il faut d’abord comprendre qu’un promoteur achète une maison au prorata du nombre de m2 qu’il va pouvoir construire, en gros il étudie le droit à construire que votre maison + terrain peut procurer. Pour cela, il étudie, souvent accompagner d’un architecte, quelle est la constructibilité de votre terrain au travers du PLU, des obligations réglementaires de retrait, de vues, d’occupation des sols, d’obligations de hauteur le cas échéant, les accès, les places de stationnements, des transports en commun, mais aussi et surtout des prix de marché du quartier car il va raisonner en chiffre d’affaires, il va donc se poser la question du prix de revente des appartements. Ce prix peut évoluer à la hausse ou à la baisse suivant le quartier, suivant l’orientation… Il ne faut pas oublier non plus les difficultés éventuelles dans la construction : si votre terrain est en pente, s’il est difficilement accessible, si votre sol est instable ou en si vous êtes en zone inondable, autant de critères primordiaux à contrôler avant de vendre sa maison à un promoteur.  

Pourtant, naturellement, lorsque l’on vend sa maison à un particulier, c’est le bon réflexe de départ : j’ai un terrain en pente, jolie, sans vis-à-vis avec une vue dégagée, ma maison est propre très bien entretenue, avec des matériaux de grande qualité… mais le promoteur, lui, va voir tous ces atouts comme des inconvénients car l’accès au chantier puis à la résidence coutera plus cher à construire et aménager, quant aux finitions intérieures, peu lui importe car il va commencer par détruire votre maison. Il faut donc avoir les bons réflexes pour vendre sa maison a un promoteur.

L’environnement est aussi un critère important car le promoteur va exiger d’acheter sous la condition suspensive d’obtenir et de purger un permis de construire. Pour se faire, il va regarder si le futur projet ne nuit pas à l’environnement en ayant des balcons en vues directes sur une piscine chez un voisin, sur une terrasse ou un autre bâtiment en contre bas. Vendre sa maison à un promoteur c’est aussi se mettre à la place de ses voisins qui ont peut-être toujours vécu sans vis-à-vis et vont voir d’un très mauvais œil l’arrivée de ce programme immobilier et s’y opposer. Pour obtenir un prix intéressant il faut donc être à la fois cohérent et raisonnable.

Il ne faut jamais rêver d’un prix très élevé mais dont le projet n’arrive pas au bout. Dans ce cas, vous pensez très bien vendre votre maison a un promoteur mais vous ne la vendrez pas du tout en définitive et tout le monde sera perdant.
 

Le marché de l'immobilier :

Enfin, un point important : le marché immobilier, car quand « le bâtiment va tout va » et on ne croit pas si bien dire car quand on décide de vendre sa maison à un promoteur, on va vite se rendre compte que si le marché de la vente est très porteur, le promoteur va être relativement pressé d’acheter pour vendre des logements, car il aura besoin de stock, et il proposera un prix plus élevé.

 
Vendre à un promoteur

 

Dans cette vente, il y a donc des particularités propres au promoteur et au vendeur mais aussi et surtout de nombreux points annexes qui définissent des prix allant du simple au double, il est donc très difficile de dire, sans une étude détaillée, à quel prix un particulier peut vendre sa maison a un promoteur.

Sur certains projets, l’environnement permet de faire de grandes terrasses ce qui est très recherché dans le sud de la France, moins dans le nord, donc si vous vendez votre maison a un promoteur à Toulouse et que le voisinage s’oppose aux vues directes sur leur maisons avoisinantes, le promoteur ne pourra pas réaliser ces terrasses et il vendra a des prix biens moindres qu’avec de beaux extérieurs…

Pour terminer, il faut savoir que cette vente est une vente relativement longue : environ 14 mois, ce délai peut aussi faire l’objet d’une négociation mais plus le délai exigé sera court, plus la contrepartie financière peut être diminuée par le promoteur, il faut donc être patient et trouvé des compromis qui conviennent à tout le monde.
 
C’est toute la différence entre vendre sa maison a un promoteur ou vendre un terrain a un promoteur car lorsqu’on habite sur les lieux, que l’environnement est parfois en pleine transformation : constructions à proximité et que l’on se projette pour vendre et déménager, il est parfois difficile de s’armer de patience et la négociation est donc plus difficile en engager, d’où l’intérêt d’être accompagné par des professionnels compétents comme Vendreaunpromoteur.com.

Vendre à un promoteur

En conclusion, il existe finalement 7 étapes incontournables pour vendre sa maison a un promoteur :
 
  1. Avant toute chose savoir si on veut vendre, si les enfants ou toute autre personne concerné souhaite vendre et déménager. (ça parait logique mais ce n’est pas toujours le cas).
     
  2. Faire un rapide audit de la valeur de sa maison (en cas de vente à un particulier) en consultant les annonces sur les sites internet.
     
  3. Consulter le PLU et l’environnement autour de votre maison. Si vous ne savez pas lire un PLU, constater que dans votre rue il y a déjà des immeubles, encore mieux, sur votre trottoir (car les obligations du PLU peuvent être différentes d’un trottoir à l’autre). Cela signifie que vous pourrez probablement construire à la même hauteur (sauf si changement de PLU : plus haut ou moins haut…).
     
  4. Prendre le temps de la réflexion et d’étudier des propositions de promoteurs : prix, mais aussi nombre de logements, vis-à-vis par rapport aux voisins, conditions suspensives…c’est à ce moment-là qu’il est bon d’être accompagné par un professionnel car c’est LE point le plus important : la négociation des conditions doit se faire le plus calmement possible pour obtenir les meilleures conditions.
     
  5.  Valider une proposition au travers d’une signature chez un notaire. Attention là aussi, rien ne presse, il convient de bien étudier tous les éléments avant de signer pour ne pas être bloqué ensuite.
     
  6. Communiquer avec le promoteur régulièrement pour savoir où il en est de la démarche vis-à-vis notamment, du permis de construire, de son dépôt, de son obtention et de sa purge.
     
  7. Tout est validé, il faut maintenant avancer vers un rendez-vous rapide chez le notaire pour signer l’acte définitif et encaisser le prix de la vente.

A lire également dans le dossier Nos conseils sur une opération de vente :

i