Vous possédez un terrain à vendre Quartier Saint-Cyprien (31300) ?

 

Demander une estimation de votre terrain

Et recevez plusieurs propositions sous 8 jours.

Quel est votre type de bien ?
Terrain nu
  • Terrain + Maison
  • Terrain + Entrepôt
  • Terrain + Château
  • Maison
  • Immeuble + Terrain
  • Quelle est la taille de votre parcelle ?
    500 à 1000m²
  • 1000 à 1500m²
  • 1500 à 2000m²
  • 2000 à 2500m²
  • 2500 à 3000m²
  • + de 3000m²
  • La longueur approximative de votre façade donnant sur le rue ?
    5 à 10m
  • 10 à 12m
  • 12 à 15m
  • 15 à 20m
  • Quelle est votre estimation de Prix de vente ?
    Moins de 250 000€
  • 250 000 à 500 000€
  • 500 000 à 750 000€
  • 750 000 à 1 000 000€
  • 1 000 000 à 1 250 000€
  • + de 1 250 000€
  • Etes-vous vendeur de votre bien ?
    Oui
  • Non
  • Votre voisin est-il vendeur ?
    Oui
  • Non
  • Ne sait pas
  • Avez-vous déjà rencontré un promoteur ?
    Oui
  • Non
  • Avez-vous déjà eu une proposition d’un ou plusieurs promoteurs ?
    1
  • 2
  • 3
  • Aucune
  • Avez-vous déjà signé une promesse de vente chez un notaire ?
    Oui
  • Non
  • Dans quel délai souhaitez-vous vendre ?
    Moins de 6 mois
  • 6 mois à 1 an
  • 1 à 2 ans
  • 2 à 3 ans
  • 3 à 5 ans
  • plus de 5 ans
  • Vos informations

    Afin d’établir une proposition de prix un gros travail doit être fait par vendreaunpromoteur.com après des promoteurs, des architectes…pour connaitre le potentiel de votre bien.
    Merci de ne compléter le formulaire que si vous êtes réellement vendeur.
    Toute demande incomplète, même partiellement, sera susceptible de ne pas être prise en compte.
    Sachez qu’une vente à une promoteur est une démarche longue et qu’aucun promoteur n’achètera votre bien dans un délai inférieur à 12 mois. (Délai moyen pour monter un permis de construire, le déposer, l’obtenir, le purger de tous les recours, puis acheter votre bien).

     

    Vendre à un Promoteur, le 1er comparateur des promoteurs sur Toulouse.
    Comment ca marche ?

    1

    Demandez

    Complétez le formulaire pré-rempli en 2 min.
    2

    Recevez

    Jusqu'à 3 estimations gratuites
    3

    Comparez

    Sans aucune obligation.

    Le quartier Quartier Saint-Cyprien

    Saint-Cyprien, faubourg populaire de la rive gauche longtemps qui est resté longtemps enclavé et mal réputé, est devenu aujourd'hui l'un des plus prisés des Toulousains.

    Les anciens Toulousains du cru l’appellent encore familièrement "Saint-Cypre", singularité linguistique entendue pour désigner ce quartier très convivial, populaire et cosmopolite de la rive gauche toulousaine, mais les plus jeunes se contentent d’un Saint-Cyp.

    L’origine du nom de Saint-Cyprien vient en fait de celui d’un abbé périgourdin du VIe siècle connu pour sa bonté envers les malades, Saint-Cyprien accueille naturellement les parias de la société et sa cohorte de nécessiteux, de fous, de prostituées et de vieillards, évincés du centre-ville. 
    Ils trouvent alors refuge à l’hôpital Sainte-Marie puis à Hôtel-Dieu-Saint-Jacques et à l’hospice de La Grave. 

    Historiquement, le trait majeur de ce côté de la Garonne, la rive gauche donc, a toujours été les caprices récurrents du fleuve, ses crues pouvant être terribles et qui ont tristement marqué les mémoires, avant les importants travaux de construction de la digue des années 1950. En effet, cette rive gauche qui est dix mètres plus bas que sa voisine d’en face, les inondations y sont désastreuses, transformant le quartier en un vaste marais urbain insalubre. 
    La plus célèbre d’entre elles, intervenue en 1875, emporte dans ses eaux le pont Saint- Pierre et fait des centaines de morts parmi les habitants du quartier. Le quartier fut en effet laissé à la merci de l’eau car le niveau de l’eau dépassa 3,50 mètres au-dessus du sol, par endroits.

    Les habitants du quartier durent être évacués vers le faubourg dont les habitants durent partager leur refuge provisoire avec les fous, les pauvres, les parias et autres personnes exclues de la société. Le faubourg est donc assez logiquement délaissé par les autorités publiques, bien que raccordé à la ville par le Pont de la Daurade dès le XIIe siècle puis par le Pont-Neuf à partir du XVIIe siècle,

    Au gré de son histoire, le faubourg est traversé par différentes vagues d’immigration, des Gascons fuyant la misère de leurs campagnes aux Catalans antifranquistes, venus en masse lors de la Retirada, mais qui ont, comme toujours et contrairement à ce que certains peuvent en dire, fortement contribué à l’essor de la communauté. Engagés dans la Résistance, ces Guerilleros des FFI de Toulouse fondent en septembre 1944, dans un château de la rue Varsovie un hôpital, aujourd’hui Joseph-Ducuing, où sur la façade une plaque commémorative rappelle les faits et une salle de l’hôpital s’appelle encore la salle des Guerilleros.

    Aujourd’hui, ce quartier longtemps ouvrier, est depuis plus d’une vingtaine d’années l’objet d’une embourgeoisement important.

    Les maquignons et les équarrisseurs des abattoirs ont par exemple laissé place à un musée d’art contemporain alors que les anciennes stations de pompage des eaux de la Garonne abritent une galerie photo (le Château d’Eau) et un théâtre (le théâtre Garonne).

    Aujourd'hui, le métro donne au quartier une nouvelle fraîcheur, que les bars et autres nombreux restaurants de la place Saint-Cyprien exploitent à volonté. Le marché de la place Jean Diebold, le musée d'art moderne des Abattoirs, la vitalité de la rue de la République lui confèrent aujourd'hui un charme de quartier urbain convivial.